Ville de Tournai

Tournai et la coopération internationale

1 L’engagement

L’engagement de la Ville de Tournai dans la Solidarité internationale fait sens car le pouvoir communal possède tous les atouts pour être un acteur de proximité efficace en matière de Coopération au développement.

En effet, la commune, niveau de pouvoir le plus proche du citoyen, peut rencontrer et accompagner des niveaux de pouvoirs et de proximité similaire et se doit d’être vecteur de sensibilisation aux relations Nord/Sud de sa population.
Aujourd’hui, de nombreuses communes belges sont devenues, de fait, des territoires internationaux habités par une multi culturalité dont l’harmonie reste chaque jour à construire.

La Ville de Tournai contribue, avec la communauté internationale, à relever les défis des solidarités, des pauvretés et inégalités, de la justice par la coopération au développement.

Son programme est mis en œuvre en tenant compte des résolutions des grands Sommets des Nations unies pour le développement, relatifs au développement durable, aux droits de l’Homme, à la population, à la liaison entre l’économique, la santé et le social et au droit des femmes au développement.

L’action de coopération internationale de la Ville de Tournai prend en compte la nécessité d’une cohésion avec les stratégies portées par Wallonie-Bruxelles International et s’inscrit également explicitement dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

La Ville de Tournai reconnait l’importance des initiatives au travers desquelles des citoyens se mobilisent et s’associent effectivement dans des actions concrètes de solidarité internationale.

De par le choix de cibles géographiques et sectorielles convergentes, elle vise aussi à encourager les synergies et concertations entre acteurs de la solidarité internationale et notamment les Pouvoirs Publics locaux et régionaux ainsi que et les ANG (acteurs non gouvernementaux de coopération au développement) situés à Tournai.

2 Déclaration de politique communale de Tournai 2012

« Tournai jouera un rôle dans la sensibilisation des citoyens à la problématique de la solidarité et du développement des pays du Sud. Cette sensibilisation permettra la mise en œuvre de partenariats efficaces, utiles et réalistes à destination des populations locales en menant une politique de coopération cohérente avec toutes les associations impliquées dans des projets de solidarité internationale à Tournai.

Nous inscrirons et dynamiserons l’action communale dans des réseaux nationaux, européens ou internationaux de villes/communes (l’Union des villes et communes de Wallonie, la campagne «communes du commerce équitable», le Comité des Régions, le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe …). Cette mobilisation collective doit permettre non seulement de développer des échanges de bonnes pratiques en termes de gouvernance locale, mais aussi -et surtout- des économies d’échelle non négligeables dans le cadre d’efforts partagés. Cette action pourra aussi s’inscrire dans une dynamique de jumelage.

Nous organiserons de manière régulière des séances de sensibilisation et d’échanges à destination des citoyens, particulièrement des jeunes, sur les questions européennes et internationales importantes (Lutte contre le racisme, dialogue interculturel, …). Certaines de ces questions feront l’objet d’une mobilisation particulière dans le cadre de la journée de l’Europe, la journée mondiale contre le SIDA, la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté…

Des projets très concrets ont dès lors été soutenus, comme l’organisation d’une Semaine de la solidarité internationale autour d’activités conviviales (cf. Semaine de solidarité internationale dans le cadre du Conseil Wallonie- Bruxelles de la coopération internationale). Le site internet et le journal communal est mobilisé pour donner une visibilité locale à ces activités. De plus, la Ville de Tournai a développé des actions/activités en partenariat avec d’autres acteurs du développement (institutionnel, universitaire, civil, éducatif, associatif…). Elle a veillé à y associer les citoyens, les associations locales (Commission Consultative de Solidarité Internationale, ASBL Solidarité Tournai Sud, …), les institutions publiques et les ANGs.

Complémentairement à cette vision, l’appui financier de la Ville de Tournai a visé principalement le cofinancement de projets de coopération internationale au développement et plus spécifiquement l’éducation, la santé et/ou le développement socio-économique ainsi qu’un accompagnement d’initiatives de sensibilisation au développement durable.

3 Concernant l’appui à un programme de coopération et de partenariat

Le programme de coopération a été soumis à un appel à projets.
Le promoteur accepté est non seulement un acteur de coopération reconnu par Wallonie Bruxelles International mais une plateforme représentative des ANGs de la région de Tournai regroupant l’ensemble des acteurs régionaux et ayant un lien étroit avec une activité culturelle de sensibilisation, d’éducation au développement ou de mobilisation à Tournai et en Wallonie Picarde.

Un financement est dédicacé à ce type d’initiatives par la Ville de Tournai.

4 Concernant l’accompagnement d’initiatives de sensibilisation et d’éducation au développement.

La coopération au développement passe aussi par l’éducation ici en Belgique. L’éducation au développement est un processus qui vise à provoquer des changements de valeurs et d’attitudes sur les plans individuel et collectif pour un monde plus juste.L’éducation au développement a dès lors pour but d’amener des changements de comportement au Nord, car ceux-ci influencent le développement des pays du Sud.
Processus de sensibilisation sociale et de formation des citoyens, acte pédagogique qui implique la construction de situations d’apprentissage permettant à des publics diversifiés de comprendre, de dialoguer et d’agir, L’éducation au développement est un acte politique qui constitue une composante eessentielle de l’éducation à la citoyenneté. Il se décline, notamment, en favorisant un travail de synergies et d’alliances avec des groupes, associations, collectifs, réseaux diversifies tant au Nord qu’auSud.
La Ville de Tournai a permis la concrétisation de l’une ou l’autre initiative d’Education au développement sur base de projets déposés auprès d’elle.
Le programme a cofinancé exclusivement des projets francophones spécifiques d’éducation et de sensibilisation au développement destinés au public de la région de Tournai et se déroulant sur une période déterminée, et non une activité courante et récurrente du promoteur.

Les projets présentés sont autant d’initiatives ancrées localement en région de Tournai impliquant différents partenaires identifiés localement et visant un public local.

Une intervention financière de la ville de Tournai est dédicacée à ce type d’initiatives.

Le règlement et les contenus de l’appel à projets s’inspireraient largement des démarches similaires établies par Wallonie Bruxelles International et traduisent la volonté de s’inscrire dans les stratégies reconnue par elle.

L’administration de la Ville de Tournai ainsi que les représentants de la commission Communale de Coopération Nord/Sud de la Ville de Tournai procèderont à l’examen des dossiers. Sur cette base, ils émettent un avis.

Cet avis fera l’objet d’une proposition de sélection qui sera transmise au collège des Bourgmestre et Echevins et au Conseil Communal pour décision finale.

5 L’accompagnement de la commission consultative de solidarité internationale

La commission consultative de Solidarité Internationale a été mise en place en 2008.

La Ville de Tournai appuie les travaux de la commission représentative des acteurs publics (représentant des partis siégeant au conseil communal) et des ANG régionales en proposant qu’une coprésidence issue et mandaté par les ANG accompagne la présidence acquise depuis 2008 au représentant du conseil communal et en reconnaissant les avis et expertises des acteurs de Coopération Internationale siégeant à la commission sur les projets et initiatives soutenues par la Ville (cf. appel à projets et propositions d’Education au développement).

A cet égard, ont été initiées des initiatives concertées sur le territoire de Tournai et notamment un cycle de conférences (2012-2013) et l’organisation annuelle des semaines de la Solidarité Internationaledepuis 2008. Le but de ces semaines est d’amener le citoyen à mieux comprendre, à analyser et à être critique face à une problématique de la Solidarité Internationale sur laquelle les associations travaillent selon leurs sensibilités et leurs moyens.

Chaque année dès lors, la Semaine de la Solidarité Internationale permet de sensibiliser, d’informer sur les enjeux Nord/Sud.

Expositions, conférences, petits déjeuners Oxfam dans les écoles et à la cantine du personnel communal, midi-ciné, animations dans les écoles, balade à vélo, films, dessins, pièces de théâtre, spectacles, dégustation de produits locaux, informations sur les activités des ANGs (acteurs non gouvernementaux), témoignages sur des retours de missions, des réflexions en commission sur l’accueil des réfugiés, sur l’agriculture ou Souveraineté alimentaire : autant d’outils de sensibilisation utilisés ces dernières années, avec le concours de la Ville de Tournai.

Pour rappel les thèmes des éditions précédentes sont :
2008 : « La Palestine, le Liban, l’Afrique, l’Amérique latine, » avec comme lieu « Choiseul »
2009 : « Le travail et l’exploitation des enfants » dans la galerie commerciale des Bastions
2010 : « La lutte contre la pauvreté », également aux Bastions
2011 : « Les objectifs du millénaire », à Imagix (cinéma d’art et d’essais) et au CHWapi (Centre hospitalier régional)
2012 : « Devenons des « consom’acteurs »
2013 : « la sécurité alimentaire, l’agriculture paysanne comme alternative à l’Agrobusiness »
2014 : « les enjeux climatiques : les questions de survie »
2015 : « La précarité quotidienne en Afrique de l’Ouest »

6 La Palestine

La Ville de Tournai a également noué un partenariat important avec son homologue de Bethléem. Elle entend jouer un rôle pivot dans le cadre de ce partenariat et notamment sur les enjeux d’autonomie et de réinsertion des personnes handicapées.

6.1 Des liens

D’ores et déjà, en lien avec les partenaires de Wallonie Picarde et du Hainaut tels le programme APEFE, la province de Hainaut dans son rôle de pouvoir intermédiaire, l’initiative de la Haute Ecole Provinciale de Tournai, la direction du patrimoine wallon, dont elle appuie les initiatives, elle est engagée dans des enjeux liés aux handicaps mais aussi dans d’autres domaine, par exemple l’appui à l’introduction auprès de l’UNESCO du patrimoine de Bethléem et singulièrement de l’Eglise de la nativité en s’appuyant sur la reconnaissance acquise de la cathédrale de Tournai a été couronné de succès.

6.2 Deux dossiers en Palestine en partenariat avec la Bethlehem Arab Society for Rehabilitation (BASR).

Dossier 1 -2014/2015/2016

Mise en œuvre du renforcement d’outils de réinsertion pour les personnes handicapées coordonnés et portés par les acteurs publics locaux et régionaux et de la société civile via les centres de travail adapté et les centres de formation professionnelle de la région de Bethléem.

Dossier 2 -2017/2018 (en demande de subsides auprès de WBI actuellement)

Formation et appropriation des compétences nécessaires en matière de diagnostic des handicaps, d’orientation et d’accompagnement (évaluation et guidance) pour les personnels des ETA partenaires (Entreprises de travail adapté) et actions professionnelles de suivis sur les trois enjeux précités initiées pour les personnes porteuses de handicap engagées dans un parcours d’intégration à partir des ETA partenaires.

La restitution aux Entreprises de Travail adapté et ateliers protégés, à partir des résultats engrangés en 2014 et 2015, des acquis et les résultats attendus dans le 2ème projet qui cible particulièrement les outils d’accueil et de suivis des hommes et femmes handicapées des ETA partenaires, représentent un tout logique et complet.
Après avoir consolidé les outils de gestion et d’organisation des ETA, La mise en place coordonnée et intégrée des outils tant du diagnostic, que de l’évaluation et de l’accompagnement, ainsi que la sensibilisation et l’appropriation des approches à la fois individuelle (bilan personnel,) et collectives (place de la personne handicapée mais aussi de la famille dans les processus d’accueil) a donné l’élément qualitatif de l’accueil de la personne porteuse de handicap et au travail foncier des ETA. Dès lors, les renforcements quantitatifs et maintenant qualitatifs s’inscrivent dans une nécessaire continuité.

La BASR et son centre hospitalier de revalidation, les centres communautaires qui accueillent les Entreprises par le Travail, déjà consolidés par une dizaine d’année de partenariat, forts des acquis du programme précédent, se sont engagés à faire fonctionner les 2 structures permanentes (cellule d’accueil spécialisée et cellule de maintien et de suivi) ainsi qu’à utiliser les outils de diagnostic, d’évaluation et d’accompagnement.

L’ensemble des activités, l’échange d’expertises, la production des outils d’accueil de la personne porteuse de handicap auront permis au personnel de réagir en multidisciplinarité, d’appréhender les outils proposés et de donner une place à la personne bénéficiaire et aux familles.

Jacques Varrasse
Novembre 2016